Refus de mettre en place des outils de démocratie locale, de s'expliquer sur une lettre de délation envoyée par la première adjointe, d'entendre les parents d'élèves, d'informer les sottevillais sur une usine à risque ou sur le sort des intermittents du spectacle… Décidément, la démocratie ne se porte pas bien à Sotteville. Par contre, aucun problème pour verser 3000 euros à une association qui se livre à la promotion de grands groupes privés. Quelques échos du conseil municipal du 22 mai à Sotteville-les-Rouen…

Lire la suite