Un régime drastique attend nos élus locaux (région, département et communes) dès la rentrée. 13 Mds€ d’économie sont imposés par le gouvernement d’ici 2022 (soit 3 Mds de plus que prévus lors de la campagne présidentielle) Entre la polémique sur la baisse des APL, les réductions budgétaires aux armées (850 M€) et à l’intérieur (500 M€) le décret du 21.07.2017 rabote les dotations aux collectivités locales de 300 Millions € dès 2017, soit 20 à 40% des budgets. Cette coupe ne devait intervenir ni en 2017, ni en 2018. Promesse envolée donc !

L’enveloppe de l’État allouée aux collectivités territoriales a baissé constamment sous le quinquennat de Hollande (- 10,7 Mds en 4 ans) La modification de la taxe professionnelle a perturbé les budgets des communes. La suppression de la taxe d’habitation (bénéfique pour 80% des ménages dès 2018) va les réduire un peu plus.

Une situation inquiétante qui menace les subventions aux associations, les travaux publics... qui va remettre en question les politiques de la ville (ex : les contrats des intervenants dans les écoles) et d’aménagement du territoire.

Les élus locaux devront se serrer encore plus la ceinture et, par conséquent, nous risquons tous d’y perdre beaucoup. Cette rentrée s’annonce agitée!