Sotteville - A gauche vraiment

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 12 décembre 2016

Solidarité avec une famille sans-papiers.

Samedi 10 décembre, la famille Tamoyan, originaire d'Arménie mais séjournant en France depuis presque 5 ans, était au centre d'une manifestation de solidarité rare à l'hôtel de ville de Sotteville.

En effet, les 3 enfants de cette famille, Maxime, 2 ans, né en France, Narina, 12 ans, scolarisée en 5ème au collège Zola et Misha, 14 ans, scolarisé en 3ème au collège Jean Zay, ont été parrainés par des élu.e.s municipaux (David Querret de SAGV et Véronique Christol du PCF), et par des parents et enseignants des 2 collèges.

Le parrainage républicain a été célébré par Eve Cognetta, membre de la majorité municipale et élue EELV, en présence de très nombreux soutiens (plus d'une centaine) du comité de soutien sottevillais, de RESF (réseau éducation sans frontières) et avec une très belle animation de la "Choral'ternative" et de la fanfare "Air de rien".

Pour l'heure, malgré une présence de plusieurs années sur le territoire français et une très bonne intégration de cette famille sottevillaise, leur situation administrative est loin d'être réglée. Ils ont encore été convoqués par la PAF (police de l'air et des frontières) en novembre et nous attendons toujours la réponse de la préfecture à la promesse qui nous a été faite d'un réexamen de leurs situation.

La réussite de cette manifestation prouve que le combat politique pour les valeurs de fraternité et de solidarité doit être mené courageusement, sans faiblir face aux tentatives de repli et d'égoïsme propagés par nombre de responsables politiques, à l'extrême-droite mais pas seulement.

Lire la suite

samedi 3 décembre 2016

Consulter la population pour développer le vélo à Sotteville : Luce Pane refuse.

Dans le cadre de sa réflexion sur le Plan Local d’Urbanisme, la Métropole a lancé une consultation publique, par le biais d’une carte interactive sur internet, pour recenser les propositions concernant le développement de l’usage du vélo sur son territoire. Chaque habitant peut soumettre ses idées dans le domaine, proposer équipements et pistes cyclables là où cela lui semble utile.

Si la Métropole a la bonne idée de vouloir développer le vélo et de consulter la population, la mairie de Sotteville reste particulièrement muette sur le sujet : aucune consultation des habitants, aucun plan de développement des pistes cyclables à proposer, le néant total.

Au conseil municipal, David Querret (SAGV) a lancé cette proposition : la mise en place d’un processus de consultation à Sotteville pour définir un plan de développement du vélo dans notre commune, plan que nous pourrions ensuite soumettre à la Métropole.

Luce Pane a paresseusement botté en touche, refusant de mettre en place cette consultation constructive, bottant en touche avec des arguments particulièrement curieux, évoquant la « place du piéton » dans la ville ( ?) et concluant en disant que la Métropole s’occuperait de tout.

Bref, sur le vélo, il va falloir mettre la pression pour rattraper le colossal retard sottevillais en la matière.

Lire la suite

Sotteville : Luce Pane fait travailler les salariés le dimanche. Même la droite proteste !

Récidive : Luce Pane et la majorité PS/EELV ont décidé de donner des autorisations d'ouverture dominicale pour 5 dimanches en 2017. Voici la déclaration de David QUERRET, conseiller municipal Sotteville È Gauche Vraiment :

"L’an passé, vous aviez déjà décidé d’autoriser 5 ouvertures dans l’année, je m’y étais opposé et je ferai de même cette année.

Par cette décision, vous allez à nouveau gâcher 5 dimanche à des salariés et à leur famille. Et j’ai une pensée particulière pour ceux qui grâce à vous travailleront les 24 et le 31 décembre 2017. Vous leur offrez là deux belles journées pour préparer leurs propres réveillons !

A qui profiteront ces autorisations d’ouverture ?

Pas aux petits commerces de proximité, car la plupart d’entre eux peuvent déjà travailler le dimanche sans autorisation municipale. Les commerces qui n'ont pas de salarié, mais aussi tous les commerces alimentaires (boulangeries, charcuteries, boucheries, poissonneries, restaurants…) et bien d'autres (fleuristes, tabacs…) ouvrent déjà le dimanche.

Ce sont en fait les grandes surfaces, Carrefour ou Intermarché, qui vont profiter de ces autorisations d’ouverture, ces mêmes grandes surfaces qui ruinent le commerce de proximité.

Dans le texte de la délibération, vous croyez bon de rappeler que les salariés du dimanche sont « volontaires » et bénéficient de primes. Quel est le degré de liberté d’une caissière face à son responsable qui lui demande de venir travailler le dimanche ? Quel est le degré de liberté d’un magasinier qui est tellement peu payé qu’il est obligé de courir après les primes ? Il n’y a rien de volontaire dans tout ça, ce sont des choix forcés.

Et il y a une certaine indécence à soutenir un gouvernement qui refuse d’augmenter le SMIC tout en proposant aux salariés de gagner plus… en sacrifiant leur dimanche.

Pour finir, je voudrais souligner l’importance d’un tel vote. Ce n’est pas une décision mineure, sans conséquence, qu’on vote sans avoir à y penser. Dans un contexte de plus en plus dur pour les salariés, en particulier ceux du commerce, il s’agit de veiller à ne pas aggraver les choses.

Au contraire, il faut réaffirmer des principes simples : le dimanche, c’est fait pour les loisirs en famille ou entre amis, pas pour travailler, et on ne doit pas faciliter les achats des uns en pourrissant la vie des autres".

Notons que les élus PS ont voté sans scrupule pour le travail dominical, sous prétexte que 5 dimanche, c'est peu. Un élu de droite a même été obligé de leur expliquer en quoi le volontariat n’existait pas dans les entreprises, et les différents moyens de pression qu’un patron peut utiliser pour forcer les employés à venir travailler le dimanche ! Un comble !

Lire la suite