Sotteville - A gauche vraiment

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 26 novembre 2014

Les plumés de l'austérité se rebiffent

Fondateurs du mouvements "Les plumés de l'austérité", les maires de Stains et de L'Île-Saint-Denis (93) ont publié un texte dans le journal Libération du 26 novembre, au sujet de la baisse de la dotation de l'état aux communes.
Nous publions ce texte (cliquez sur Lire la suite…) car il nous semble tout à fait juste. La baisse des dotations de l'état est scandaleuse, injuste et contre-productive.

Lire la suite

lundi 17 novembre 2014

Fermeture des Boutiques SNCF, liquidation du Fret… Qui casse la SNCF ? C'est le gouvernement PS et les députés qui le soutiennent !

Luce Pane "se mobilise" contre la fermeture annoncée de la Boutique SNCF de Sotteville…

Très bien, mais elle ferait bien surtout d'arrêter de soutenir un gouvernement qui organise la destruction de la SNCF, à Sotteville comme ailleurs.

Ci-dessous, la déclaration de notre conseiller municipal David Querret, lors du Conseil municipal du 13 novembre :

« Nous avons entendu votre réponse sur la Boutique SNCF, dont acte. Mais elle ne suffit pas.

Nous trouvons toujours suspect que l’on nous annonce le sauvetage d’une boutique avant les élections municipales et sa fermeture quelques mois après ces élections.

Mais surtout, si ce soir nous entendons madame le Maire organiser la défense de la Boutique, que fait madame la Députée ?

Car on ne peut pas défendre la Boutique SNCF à Sotteville, et soutenir un gouvernement qui exige que la SNCF abandonne tout ce qui n’est pas assez rentable !

On ne peut pas avoir un double langage, un à Sotteville, ville cheminote, et un autre à Paris, à l’Assemblée.

Je m’adresse donc à madame la Députée, et pour vous demander d’arrêter de soutenir la politique de casse du rail.

Casse du rail, car le problème ne s’arrête pas à la Boutique SNCF. L'entreprise vient en effet de dévoiler un énième plan de restructuration du fret ferroviaire, un plan intitulé «Ambition Normandie ».

Ce plan prévoit de diminuer de moitié ce qui reste de l’effectif cheminot affecté au fret dans les 5 départements normands, et en particulier au triage de Sotteville (où ne restent qu’environ 180 employés).

Je rappelle que plan après plan, restructuration après restructuration, le nombre de cheminots diminue et la part des marchandises transportées par le rail s’effondre.

Bref, des emplois en moins dans nos communes et des camions en plus sur nos routes.

Ce soir, ce n’est donc pas au Maire que je m’adresse, mais à la députée pour qu’elle arrête de voter les plans de destruction de la SNCF ».

Lire la suite

mardi 4 novembre 2014

Jaurès, réveille-toi, ils sont devenus "pro-business" !

Dans son dernier bulletin, la section PS de Sotteville rendait hommage à Jean Jaures, assassiné il y a 100 ans.

On pouvait lire, en conclusion de l'article : "nous serons fidèles à l'esprit de Jaurès et à ce qu'il a incarné".

C'est une blague de mauvais goût.

Car la vérité, c'est que le PS a purement et simplement renié Jaurès, ses combats et son idéal.

Jaures combattait pour le droit à la retraite à 60 ans.

Qu'a fait Hollande ?

Il a maintenu la réforme Sarkozy, qui a reculé l'âge de départ à 62 ans, et il a rajouté des annuités pour pouvoir partir !

L'inverse de ce que voulait Jaurès !

Jaures était au côté des ouvriers en grève, il défendait les syndicalistes victimes de la répression patronale ou policière, il revendiquait le partage des richesses, la nationalisation des grands moyens de production et de transport, la république sociale.

Que fait Valls ?

Il va s'agenouiller devant le MEDEF, il déclare son amour du "business" devant les financiers de la City, il lâche les flics contre les jeunes qui dénoncent des projets coûteux et inutiles, il offre 40 milliards au grand patronat en les prenant au service public et à la protection sociale, il enrichit les actionnaires et limite les droits des salariés…

L'inverse de ce que réclamait Jaurès.

Comment les partisans de Luce Pane, fervente supportrice du couple Hollande-Valls à l'Assemblée, peuvent-ils se réclamer de Jaurès ?

La vérité, c'était que Jaurès était de gauche, et que le PS mène une politique de droite.

Lire la suite

lundi 3 novembre 2014

- Boutique SNCF : "sauvée" par Luce Pane… et fermée après les élections.

Quelques temps avant les élections municipales, Luce pane nous annonçait qu'elle était intervenue auprès de la SNCF pour défendre la Boutique SNCF de Sotteville-les-Rouen, et que cette boutique était "sauvée".

Mais l'entreprise ferroviaire, par la voix de son directeur régional, vient d'annoncer lors d'une réunion plénière du Comité d'établissement régional Haute-Normandie, le 23 octobre dernier, que cette Boutique serait fermée au 31 décembre 2014.

De même sont annoncées les fermetures des boutiques de Saint-Sever, du Havre et de Saint-Valéry-en-Caux.

Il semble donc que la SNCF avait simplement reporté ces décisions pour les annoncer... après les élections municipales.

Voila qui arrangeait bien les candidats du Parti Socialiste…

Rappelons que la SNCF est une entreprise publique, et que c'est le gouvernement qui est responsable de la politique de cette entreprise.

"Sotteville À Gauche Vraiment" dénonce cette annonce de fermeture, et soutient les syndicats cheminots qui se mobilisent pour empêcher ce nouveau recul du service public.

La Boutique SNCF est un précieux outil de proximité, permettant l'achat de billets et l'information des usagers.

Lire la suite

dimanche 2 novembre 2014

Dans la série "Les joies du cumul" : la députée Luce Pane continue à étrangler la commune dont elle est maire...

Jusqu'à quand la DÉPUTÉE Luce Pane va-t-elle continuer à étrangler financièrement la commune dont elle est MAIRE ?

À l'Assemblée, elle soutient M. Valls, qui a décidé d'amputer de 3,7 milliards d'euros la dotation de l'Etat aux communes, départements et régions pour 2015.

Autant d'argent en moins pour rénover nos écoles, notre voirie, pour construire des logements, des équipements collectifs, pour embaucher dans les services publics locaux ou aider ceux qui sont en difficulté.




Madame Pane croit-elle que nous avons trop d'argent à Sotteville pour répondre à nos besoins ?




Tout le monde va être touché, comme le bâtiment, qui souffre déjà de la diminution des investissements publics, mais aussi les commerçants et les artisans, qui voient fondre le pouvoir d'achat de leurs clients.




Luce Pane, élue avec le soutien des Verts, vote même la baisse de 5,8 % du budget de l'écologie.

On nous dit que l'heure est aux économies : mensonge ! Si le gouvernement réduit les budgets publics, c'est pour donner des milliards d'euros aux banques, aux grandes entreprises et à leurs actionnaires.

Des partis et des syndicats se mobilisent contre cette politique, nous les rejoignons, car l'austérité nationale tue les politiques locales de solidarité et d'écologie, et nous en souffrons tous.

Lire la suite

Manifestation en hommage à Rémi Fraisse, contre les projets inutiles et les violences policières.

Dans la nuit de samedi à dimanche, Rémi Fraisse, étudiant de 21 ans est décédé sur le site de Sivens lors de la manifestation qui a rassemblé plusieurs milliers d'opposants au barrage. Il a été tué par l’explosion d’une grenade offensive de la gendarmerie.

Ce drame n'est pas un accident, il est le résultat de plusieurs mois de violences policières croissantes envers les opposantEs pour imposer un projet inutile dont la pertinence est aujourd’hui même remise en cause par un rapport d’experts : trop coûteux, pas adapté aux besoins réels, entraînant des dégradations et destructions environnementales sans réelle prise en compte des solutions alternatives possibles et existantes…

La répression à laquelle ont dû faire face les opposants au barrage n’est pas isolée. De peur de voir se multiplier les résistances et les alternatives comme à Notre-Dame-des-Landes, le gouvernement crée un climat de violences et de criminalisation des mouvements sociaux et écologiques. Des dizaines de syndicalistes ont été poursuivis suite à des grèves, mardi dernier encore des militants ont été condamnés par la justice pour avoir contesté la ferme-usine des 1000 vaches.

Un jeune manifestant de 21 ans est mort. Cet acte ne peut rester sans réaction.

C’est pourquoi, Le Collectif pour la Défense des Libertés Fondamentales (CDLF) appelle tous ceux qui souhaitent exprimer leur indignation face à ce crime odieux, tous ceux et celles qui veulent défendre notre droit à manifester, à contester les politiques qui vont à l’encontre des intérêts de la majorité de la population à manifester à Rouen.

Rassemblement Place de l’Hôtel de Ville à Rouen

Mardi 4 novembre à 18 H pour se rendre au Palais de Justice

Nous demandons :

. L’arrêt immédiat des travaux et l’abandon définitif du projet de barrage.

. Que la vérité soit faite sur la mort de Rémi. Il faut établir les responsabilités à tous les niveaux, pas seulement celles de celui qui a lancé la grenade mais celles aussi des donneurs d’ordre.

. Nous voulons faire cesser les violences policières. Aujourd’hui c’est un manifestant qui a été tué mais nous rappelons que les violences policières font fréquemment des victimes notamment dans les quartiers populaires. L’utilisation d’armes (soi-disant non létales) grenades offensives, flash-balls, Tasers, par les forces de l’ordre doit être prohibée.

Premiers Signataires: CDLF (Alternative Libertaire, ATTAC, DAL, Europe Ecologie/Les Verts, Ensemble, Emancipation, LDH, NPA, Parti de Gauche, UL-CGT, Union Syndicale Solidaires ……).

Lire la suite