Sotteville - A gauche vraiment

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 29 mai 2013

Après Florange, le gouvernement abandonne Pétroplus.

Après les sidérurgistes de Florange, le gouvernement abandonne les raffineurs de Pétroplus.

Le Tribunal de Commerce, en déclarant l'absence de repreneur sérieux pour la raffinerie de Petit-Couronne, a laissé la raffinerie sans solution.

La solution, les Pétroplus la connaissent pourtant bien et la revendiquent : c'est la nationalisation de l'entreprise, accompagnée d'une nouvelle politique nationale de l'énergie.

Si aucun repreneur privé n'est fiable ou intéressé, alors c'est à l'Etat de prendre le contrôle et d'investir dans ce secteur stratégique. Et c'est au gouvernement de légiférer pour que cesse la concurrence des produits raffinés à bas coût, du fait du dumping social et environnemental pratiqué ailleurs.

Aujourd'hui, la préfecture se contente de publier des brochures destinées à vanter le site, les équipements et la main-d'oeuvre de la raffinerie pour des investisseurs éventuellement intéressés par les dépouilles (http://www.filfax.com/blogs/redaction/2013/05/29/la-prefecture-de-la-haute-normandie-vante-les-merites-du-site-petroplus-de-petit-couronne/). Bref, on brade.

Tout occupé à combler les patrons de cadeaux, le gouvernement PS-Verts laisse fermer les usines et licencier les ouvriers.

Tout notre soutien aux ouvriers qui continuent le combat.

Lire la suite

jeudi 16 mai 2013

Rythmes scolaires à Sotteville : le Maire nous prend-il pour des concertés ?

Communiqué du groupe Sotteville A Gauche Vraiment sur les rythmes scolaires à Sotteville, 13 mai 2013.

M. Bourguignon veut imposer de nouveaux rythmes scolaires dans le mépris le plus total des parents d'élèves et des enseignants.

Dans sa dernière plaquette auto-promotionnelle, "Sotteville de A à Z", le Maire se vantait pourtant d'être un adepte de la concertation ( à la lettre "C" comme "concertation"). Une blague, probablement. Ou alors, c'est que nous n'avons pas la même définition du mot concertation.

L'ensemble des conseils d'école font des remarques et des propositions convergentes ?

Le Maire s'assoit dessus et décide l'inverse.

Une centaine de parents et d'instituteurs manifestent devant la mairie ?

Le Maire ne daigne pas les recevoir et ne délègue aucun élu pour discuter avec eux.

Les parents et enseignants, ayant récolté des centaines de signatures, demandent la mise en place d'un comité de pilotage pour discuter de la réforme ?

Le Maire les ignore.

Le collectif des parents et enseignants installent des banderoles devant toutes les écoles de Sotteville ?

Le Maire envoie la police municipale et les services techniques pour les confisquer.

N'écoutant que lui, le Maire enfonce le clou en prenant de mauvaises décisions : pause du midi trop longue (2h15) et enfants placés en garderie dès 16 heures, ce qui fait reposer sur les garderies l'encadrement des enfants dans des locaux qui ne sont pas toujours adaptés. Comment tolérer de telles pratiques ?

Ajoutons que pour l'instant, le conseil municipal n'a voté ni sur la date de mise en oeuvre de la réforme, ni sur son contenu.

Les élus municipaux seront-ils interdits de vote sur un sujet aussi important ?

"Sotteville A Gauche Vraiment" soutient les mobilisations actuelles (manifestations, occupations d'école…) et appuie la demande du Collectif des parents et enseignants de mise en place d'un comité de pilotage associant tous les acteurs concernés. Nous demandons également que ces nouveaux rythmes soient soumis au débat et au vote lors du prochain conseil municipal.

Nous abordions ces questions dans une tribune qui devait paraître dans le numéro de mai du journal municipal, mais le texte de cette tribune a été malencontreusement remplacé par un autre texte déjà publié en mars et qui portait sur un autre sujet !

Une erreur qui tombe bien pour ceux qui veulent étouffer les divergences sur les rythmes scolaires à Sotteville.

Michèle PASDELOUP

David QUERRET

Conseillers municipaux

Groupe Sotteville A Gauche Vraiment

Lire la suite

vendredi 10 mai 2013

Rythmes scolaires : le blog des parents sottevillais

Pour tout savoir de la mobilisation des parents sottevillais contre la réforme des rythmes scolaires imposée par le maire, vous pouvez consulter leur blog : http://parents.sotteville.free.fr

Lire la suite

Rythmes scolaires dans Sotteville Mag : la tribune de SAGV a disparu.

Dans le Sotteville Mag de mai (sorti le 6 mai) devait figurer notre tribune d'expression, que nous avions choisi de consacrer à la réforme des rythmes scolaires, question d'actualité en ce moment sur Sotteville !

Or, nous découvrons que notre tribune sur les rythmes scolaires n'est pas parue, remplacée par le texte de notre tribune... du mois de mars (déjà parue dans le numéro de mars) !

Selon les services de la mairie, il s'agit d'une erreur... Dont acte.
Elle tombe mal (mais bien pour le Maire).
On nous promet une parution de notre texte en juin, ce qui est la moindre des choses, mais bien tard.

Vous pourrez néanmoins consulter notre tribune sur le site de la mairie (http://www.mairie-sotteville-les-rouen.fr/Votre-mairie-Vie-citoyenne-Tribune-d-expression-des-groupes-politiques-fr ).

En attendant, merci de diffuser le plus largement possible cette tribune :

Tribune Sotteville A Gauche Vraiment - mai 2013

Sur les rythmes scolaires, le Maire décide de tout sans concertation, et prend les mauvaises décisions. Il a décidé d'appliquer la réforme dès septembre 2013, alors qu'il pouvait attendre la rentrée 2014, comme nous le proposons.



Reporter à 2014, comme le font de nombreuses communes, permettrait de prendre le temps de vraiment discuter (avec les enseignants, les parents, les associations et les personnels municipaux) et de construire ensemble un vrai projet commun.

Le Maire a refusé également notre proposition d'un questionnaire aux parents. Pourtant, leur avis doit être entendu, sur le choix du mercredi ou du samedi matin, les activités proposées, les horaires de début et de fin de journée, ou sur la durée (déjà bien longue) de la pause du midi...

Comme d'habitude donc, le Maire n'écoute personne, ni les élus, ni les conseils d'école, ni les associations de parents. Avec lui, c'est : "cause toujours, tu m'intéresses".

La mobilisation lui fera peut-être entendre raison et prendre en compte les différents avis.



Ajoutons que cette réforme sera coûteuse pour la ville (300.000 euros prévus sur le prochain budget). En effet, l'Etat refusant de la financer, elle est à la charge des communes. Et elle ne règlera certainement pas les problèmes des semaines et des classes surchargées pour les enfants.



Michèle PASDELOUP


David QUERRET


Groupe Sotteville à Gauche Vraiment



Lire la suite