M. Bourguignon a lancé une campagne de "concertation" au sujet de la réforme des rythmes scolaires lancée par Vicent Peillon.

Mais il a déjà décidé tout seul que cette réforme s'appliquerait dès la rentrée 2013, alors que les communes avaient le choix entre 2013 et 2014… Et sans dire combien coûterait à la ville cette réforme, sans présenter différents scénarios chiffrés selon les pistes proposées.

Pourquoi une telle précipitation dans l'application de la réforme ?

Pourquoi ne pas attendre de voir ce que donneront les concertations?

Pourquoi ne pas vérifier d'abord que nous sommes prêts et que nous avons un projet mûri et partagé entre tous les acteurs concernés (parents, services municipaux, associations de garderie, intervenants extérieurs, tissu associatif…) ?

A moins que tout ne soit déjà décidé et que la "concertation" ne soit là que pour amuser la galerie.

Dans les réunions de conseils d'école, le Maire "écoute", mais sans donner de réponses précises aux questions posées… ce qui n'augure rien de bon.

Sotteville se lance donc avec précipitation dans une réforme coûteuse pour les finances locales, qui creusera les inégalités entre communes et qui ne réduira certainement pas la charge des journées pour les enfants.