Sotteville - A gauche vraiment

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 19 décembre 2012

Le gouvernement continue d'étrangler les collectivités, au détriment de l'emploi et des besoins sociaux.

Alors même qu'il vient de décider de nouveaux allègements de cotisations sociales pour les entreprises (pour un montant de 20 milliards d'euros et sans aucune contrepartie), le gouvernement Ayrault a décidé de geler la dotation de l'état aux communes, ce qui signifie que cette dotation va baisser d'au moins 2% (niveau de l'inflation), et ce pour la troisième année consécutive.

Le PS continue ainsi dans ce domaine la politique de l'UMP. Appliquant une politique d'austérité, les socialistes privent les communes des moyens de répondre aux besoins de la population en matière d'aides sociales, de services publics locaux ou d'investissements.

Une politique d'autant plus stupide que les investissement des collectivités (qui représentent 70% des investissemnts publics en france) sont sources d'emploi, ce qui serait le bienvenu en ce moment !

Lire la suite

Samedi 1 er décembre, c'était la vélorution à Sotteville !

Samedi 1 er décembre, dans un froid vif, les rues de Sotteville ont été sillonées par un drôle de cortège de cyclistes qui pédalaient au cri de : "A Sotteville comme ailleurs, des pistes cyclables, c'est indispensable", ou "nous on a des guiboles, on n'a pas besoin de pétrole" !

Plusieurs dizaines de personnes s'étaient en effet jointes aux organisateurs de Vélorution, cette manifestation qui rassemble tous les partisans du vélo en ville, pour réclamer des aménagements nécessaires à la pratique en toute sécurité de ce formidable moyen de déplacement. "Sotteville à gauche vraiment", ne reculant jamais devant l'effort sportif, s'est bien sûr joint à cette joyeuse démonstration, pour rappeler la nécessité de développer à Sotteville un vrai réseau de pistes cyclables et de prendre enfin les mesures pour faciliter la circulation des vélos dans notre commune.

La manif s'est terminée à l'Hôtel de ville, où nous avons déposé nos lettres au père noël local pour qu'il nous apporte cette année... des vélos par milliers !

Pour revivre ce bon moment de militantisme vélocipédique, une petite vidéo :

http://www.youtube.com/watch?v=mgN5r32WReQ&feature=youtu.be

Lire la suite

Après la trahison de Florange, quel avenir pour Pétroplus ?

Capituler devant les patrons, trahir les ouvriers, c'est vite devenu une habitude pour le gouvernement Ayrault.

Tout le monde a pu constater le refus de nationaliser le site Arcelor-Mittal de Florange, le "compromis" boiteux qui ne "sauve" que 600 emplois (sans se préoccuper des sous-traitants et des intérimaires, et au détriment d'une usine Arcelor-Mittal de Loire-Atlantique), l'enfumage autour de prétendus investissements d'avenir… déjà démentis par Mittal. Derrière le rideau de fumée de la communication gouvernementale (et des gesticulation du ministre de la parole, Arnaud Montebourg) se profile l'arrêt des deux hauts-fourneaux et des centaines de suppressions d'emplois. Le gouvernement laisse mourir la sidérurgie et laisse des personnages comme Mittal jouer avec les hommes et les usines.

A noter : en 2011, Mittal a versé 2,1 milliards d'euros de dividendes à ses actionnaires, dont 943 millions à la famille… Mittal !

Maintenant que le PS a laissé tomber les sidérurgistes lorrains, quel sort sera réservé à Pétroplus ? C'est pourtant bien là encore la nationalisation du site (et au-delà, de tout le raffinage) qui est la solution, et non des arrangements avec des financiers qui rachètent des usines pour les presser comme des citrons et les jeter ensuite.

Lire la suite