Petite info issue du dernier conseil municipal...

Premier constat : Sarkozy avec son « bouclier fiscal » a diminué les impôts des plus riches. Et depuis il multiplie les impôts payés par le plus grand nombre. Ainsi, il vient d’inventer une taxe sur les enseignes des magasins. Les conditions de cette nouvelle taxe doivent être précisées dans chaque commune.

Deuxième constat : la pub est la colonne vertébrale d’un système de consommation qui fonce dans le mur.

A Sotteville-les-Rouen, au nom de la défense des petits commerçants face à la crise, le maire a décidé d’exonérer le maximum de commerces de cette nouvelle taxe. On peut entendre cet argument… Pourquoi pas ?

Mais la situation devient comique quand on s’aperçoit que parmi ces exonérations, il y a le groupe qui a obtenu le contrat de concession d’affichage municipal. Un "petit commerce" qui n’est autre que le numéro un mondial du mobilier urbain, un "petit commerce" dont le chiffre d’affaire se chiffre en milliards d’euros, qui ne détient « que » 300.000 faces publicitaires à travers le monde et 200.000 affiches 4mx3m… Il s'agit en fait du fameux groupe publicitaire Decaux, véritable multinationale qui se gorge de profit année après année.

Bref, à Sotteville, grâce à la gentillesse de M. Bourguignon, le grand groupe industriel Decaux ne paiera pas cet impôt et la pub pourra continuer tranquillement à proliférer dans nos rues et à défigurer nos quartiers.

Lire la suite