Sotteville - A gauche vraiment

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 22 décembre 2017

Petits commerces et grandes surfaces!

Alors que tout le monde connaît les difficultés des petits commerces du centre-ville de Sotteville, liées en grande partie à la concurrence des grandes surfaces, Luce Pane (dans son nouvel agenda pour l’année 2018) rédige une pleine page de pub pour l’Intermarché de la rue Contremoulins (près du Pont d’Eauplet) qui, pour rappel, ouvre ses portes aux clients tous les dimanches matin, depuis mars 2017...

Sur l'ouverture des grandes et moyennes surfaces les dimanches, SAGV a toujours été en désaccord avec le principe de travail "forcé" qui ruine la vie de famille des employé-e-s et enrichit les poches des gros groupes.

D'ailleurs, au dernier conseil municipal du 7 décembre 2017, SAGV a une fois de plus voté contre les dérogations exceptionnel au repos dominical durant 5 dimanches en 2018, des commerces petits ou grands.

Une société marchande et déshumanisée imposée fait-elle partie de la politique de Mme PANE?

mercredi 20 décembre 2017

Demande de cession de propriétés rues Ledru Rollin et Armand Barbes

Conseille municipal du 7 décembre 2017

Lire la suite

Mandatement des dépenses d'investissement avant le vote du budget primitif 2018

Conseil municipal du 7 décembre 2017

Lire la suite

Rapport d'activité du service public de restauration scolaire pour 2016 et 2017

conseiller municipal du 7 décembre 2017

Lire la suite

mardi 19 décembre 2017

Prévention spécialisée

Conseil Municipal du 7 décembre 2017

Lire la suite

Désignation des représentants des conseils d'écoles

Conseil municipal du 7 décembre 2017

Lire la suite

Tribune Sotteville Mag

de janvier 2018

Lire la suite

jeudi 5 octobre 2017

café débat du 25.10.2017

La rentrée des cafés débats SAGV débutera sur le thème de la psychiatrie.

Nous vous attendons nombreux le 25/10/2017, à partir de 18h, au "Rocher de Cancale.

A très bientôt

jeudi 28 septembre 2017

Une politique qui sacrifie l’Éducation Nationale

SAVG avait vivement protesté, en 2008, contre la décision du maire de fermer l’école Mahet.

L’actualité de cette rentrée scolaire montre que cette fermeture reste une grosse erreur…

Les écoles de Sotteville débordent d’élèves. En maternelle, on compte de 28 à 35 élèves par classe à Rostand, Raspail, Jaurès, Renan, Michelet. Toutes les écoles élémentaires ont 27 à 31 élèves dans de nombreuses classes, comme à Michelet et Rostand.

Le 4 septembre, les parents d’élèves et les enseignants de Rostand maternelle ont manifesté leur colère face à ces sureffectifs en réclamant une ouverture de classe 'notre photo). Cette classe a finalement été créée. SAGV approuve évidemment cette décision.

Cependant, le problème reste entier pour l’ensemble des établissements scolaires du 1er degré de la ville. Ce n’est pas une classe de plus qu’il faudrait, mais une école.

Pourquoi a-t-on fermé l’école Mahet ?

Que dire aussi des 12 000 personnes en contrat aidé dans l’Education Nationale qui sont sans emplois depuis le 1er septembre ?

Alors que les besoins en accompagnement des élèves et les charges administratives des directeurs ne cessent de croître, le gouvernement baisse le nombre de contrats aidés.

Qu’elles vont être les conséquences de cette politique à Sotteville ?

Septembre, le mois de la rentrée !

Un régime drastique attend nos élus locaux (région, département et communes) dès la rentrée. 13 Mds€ d’économie sont imposés par le gouvernement d’ici 2022 (soit 3 Mds de plus que prévus lors de la campagne présidentielle) Entre la polémique sur la baisse des APL, les réductions budgétaires aux armées (850 M€) et à l’intérieur (500 M€) le décret du 21.07.2017 rabote les dotations aux collectivités locales de 300 Millions € dès 2017, soit 20 à 40% des budgets. Cette coupe ne devait intervenir ni en 2017, ni en 2018. Promesse envolée donc !

L’enveloppe de l’État allouée aux collectivités territoriales a baissé constamment sous le quinquennat de Hollande (- 10,7 Mds en 4 ans) La modification de la taxe professionnelle a perturbé les budgets des communes. La suppression de la taxe d’habitation (bénéfique pour 80% des ménages dès 2018) va les réduire un peu plus.

Une situation inquiétante qui menace les subventions aux associations, les travaux publics... qui va remettre en question les politiques de la ville (ex : les contrats des intervenants dans les écoles) et d’aménagement du territoire.

Les élus locaux devront se serrer encore plus la ceinture et, par conséquent, nous risquons tous d’y perdre beaucoup. Cette rentrée s’annonce agitée!

vendredi 7 juillet 2017

Les compteurs Linky aux conseils municipaux de Sotteville les Rouen et Saint Etienne du Rouvray

Le 22 juin 2017 se tenait le conseil municipal de Sotteville les Rouen.

Au moment des questions d'actualité, Luce Pane est interrogée sur sa position concernant les compteurs Linky.

Après qu'elle ait développé un argumentaire assez méprisant pour les opposants, elle déclare "ne pas être opposée au déploiement des compteurs Linky sur sa commune", et ce, après avoir vanté les avantages considérables que ces compteurs sont sensés apporter à la population... On croyait entendre un porte parole d'ENEDIS.

Même jour, même heure, à St Etienne du Rouvray, le conseil municipal vote à l'unanimité la suspension de l'implantation des compteurs de type Linky sur le territoire stéphanais par arrêté municipal (ci-dessous)....

jeudi 6 juillet 2017

Non à la mort de la Plateforme Fret Normandie

La direction SNCF a annoncé vouloir supprimer la Plateforme Fret Normandie et rattacher le Fret de Sotteville-lès-Rouen à l'Ile de France. Ainsi Sotteville, site historique du fret ferroviaire, deviendrait une petite annexe de l'Ile de France.

Ce sont des dizaines de postes qui seraient encore supprimés sur Sotteville : des postes de production (agents d'exécution sédentaires et agents de conduite) ainsi que des maîtrises et des cadres.

De multiples réorganisations ont déjà affaibli l'activité ferroviaire fret de Sotteville mais les combats locaux ont permis de maintenir une unité de Fret SNCF, dénommée Plateforme Fret Normandie, dont le siège est Sotteville, avec un effectif d'une petite centaine de cheminot(e)s. Nous refusons que les emplois de cheminot(e)s soient sacrifiés une fois de plus à cause d'un abandon du fret ferroviaire par la direction SNCF et les pouvoirs publics.

Nous appelons à une réelle prise de conscience politique et une volonté de relance du Fret Ferroviaire Public pour stopper la lente agonie programmée du fret ferroviaire. Malgré les "beaux" discours et autres conférences sur l'environnement, aucune mesure significative n'a été prise depuis l'abandon de l'écotaxe. Pourtant les enjeux écologiques et de santé sont cruciaux.

L'avenir du site Fret SNCF de Sotteville se joue dans la période. Ce site peut à nouveau jouer un rôle économique important pour les entreprises et pour les Grands Ports Maritimes du Havre et de Rouen, ce dernier étant le 1er port européen d'exportation de céréales.

Lien de la pétition:

https://www.change.org/p/minist%C3%A8re-de-la-transition-%C3%A9cologique-et-solidaire-nicolas-hulot-et-elisabeth-borne-oui-au-d%C3%A9veloppement-du-fret-ferroviaire-public-sur-sotteville-l%C3%A8s-rouen?recruiter=310613925&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=share_for_starters_page&utm_content=nafta_share_post_title_fr-fr_1%3AFB_share_copy_1

OUI au rail! NON aux camions!

Fret ferroviaire à Sotteville, liaison autoroutière A28/A13

Lire la suite

mercredi 28 juin 2017

Sotteville : police municipale à bout de souffle, agents méprisés.

Nous avons pu voir dans la presse qu’un de nos anciens agents municipaux et un syndicat de policiers municipaux (FO-PM) questionnaient la mairie au sujet des horaires et des cycles de travail de la police municipale. Plus précisément, cet agent et ce syndicat souhaitaient obtenir la délibération sur ces horaires et cycles de travail de la Police Municipale.

- Madame Pane, que nous avons interrogée au Conseil municipal, a répondu qu’il n’y avait pas de délibération particulière, que les policiers municipaux suivaient le même régime que les autres employés de la ville. Curieux, vue la spécificité des missions et des contraintes des policiers (travail de nuit, le week-end, etc).

- Curieux également, l’attitude envers cet ancien agent et son syndicat. En effet, cet agent a écrit la première fois en août 2016, et la ville n'a répondu qu’en mai 2017… 9 mois plus tard. Quant au syndicat, il n’a jamais obtenu de réponse… C’est une curieuse conception du dialogue social.

- Sur le fond, les conditions de travail semblent particulièrement pesante pour nos policiers municipaux. On parle par exemple de 7 semaines d’affilée à travailler en soirée et le week-end, de journées de 19 heures consécutives… Voila qui dénote une surcharge de missions couplée à un manque d’effectif.

Lire la suite

lundi 26 juin 2017

Sotteville : l'expulsion de l'ADEVA 76, un pur scandale.

Déclaration de David QUERRET au Conseil municipal du 22 juin :

''Madame le Maire, vous avez décidé d'expulser de leurs locaux (mis à disposition par la ville), une association dont le travail est reconnu : l'ADEVA 76, association de victimes de l'amiante (http://adeva.76.free.fr/accueil1.php). Cette association, c’est 230 adhérents sur Sotteville.

Vous expulsez cette association et décidez d'attribuer ses locaux à une association dissidente, fraîchement crée par d'anciens de l'ADEVA 76.

Certes, il y dû y avoir des conflits au sein d’ADEVA 76, pour que l’une de ses membres décide de s’en aller pour créer une association concurrente. Nous n’avons pas ici à dire qui a raison et qui a tord dans cette affaire, d’autant qu’il y a certainement des gens très bien et très dévoués de chaque côté.

Par contre, vous, vous prenez position, vous affichez votre préférence et tranchez, en décidant de donner raison à la nouvelle association. Vous expulsez l'ADEVA 76 qui occupe des locaux depuis 1999 (sans qu'il y ait le moindre problème depuis), au profit d’une autre crée en février 2017 !

Pour que les choses soient claires : par un courrier du 21 mars 2017, vous expulsez l'ADEVA 76 crée il y a 19 ans, et décidez d’accorder leurs locaux à une association fondée depuis 1 mois (en février 2017).

Le plus fort, c’est que la première assemblée générale de cette nouvelle association a lieu… le 28 avril 2017, soit 1 mois après votre décision.

Alors non seulement vous tranchez, madame le Maire, mais d’une façon expéditive. Et sur des critères opaques ou discutables.

Je vous demande donc, au nom du groupe « Sotteville À Gauche Vraiment », mais aussi de mes collègues du groupe Indépendant et du groupe Communiste, que l’ADEVA 76 continue d’occuper les locaux actuels pour y faire son travail.

Notez bien : nous ne vous demandons pas de priver de locaux qui que ce soit, mais de permettre à tous de faire leur travail dans de bonnes conditions. C'est-à-dire, aujourd'hui, d'accorder des locaux aux deux associations qui en font la demande.''

Lire la suite